Comment choisir un bon vidéo projecteur ?

video projecteur test

C’était avec éblouissement que les amateurs de cinéma  ont accueilli les premières images projetées au cours des séances cinématiques en voyant leurs images préférées se défiler devant leurs yeux. Qu’à cela ne tienne, le début de l’ère cinématographique était considéré comme une épopée merveilleuse dans l’histoire de l’homme.  Auparavant, toute projection d’images réclamait des matériels encombrants, volumineux, rendant infructueux et même, quasiment impossible, toute projection à espace réduite pénalisant ainsi toute idée de projection familiale ou autres caractérisée par un espace réduit.

Cependant, grâce à l’avancée inexorable de la technologie, le monde cinématographique a connu un bouleversement sans précédent qui ne cesse d’ailleurs de surprendre le commun des mortels car, il n’est pas encore près d’être achevé. Si bien que, de nouveaux vidéoprojecteurs encore de plus en plus performants ne cessent de se créer et de s’écouler au marché. Le côté le plus exaltant, c’est l’effort qu’ont produit les constructeurs, diminuant le prix des vidéoprojecteurs inversement proportionnel à leur amélioration progressive. Suite à ces deux critères contradictoires dans la conception des vidéoprojecteurs, et des variétés sans cesse grandissante, toute présomption d’acquisition de cet appareil serait surement accompagnée d’hésitation. Comment choisir un bon vidéo projecteur ? On vous dit tout par ici !

Les technologies en référence pour le vidéoprojecteur

Avant de se lancer dans les spécifications techniques, essayons d’abord de comprendre les différentes technologies qui sont en rapport avec le vidéoprojecteur. Quatre types de technologie nous sont exposés : la LCD, la Tri-LCD, la CRT (tri-tubes), la DMD et DLP.

  • La technologie LCD (Liquid Crystal Display) spécialisée pour des projections professionnelles au grand public, par contre, ne convient pas au home cinéma dû à son contraste faible et mauvaise qualité d’image ;
  • La technologie Tri-LCD présente une bonne qualité d’images accompagnée d’une résolution élevée, mais ternie par la fragilité de la lampe et du niveau du noir trop moyen ;
  • La technologie CRT (tri-tubes), la plus adaptée au home cinéma, la plus lumineuse et sublimées par un bon contraste. Images spectaculairement performantes grâce à la possibilité de superposition des trois images, produites par trois tubes cathodiques à durée de vie de 10 000 heures. Mais néanmoins, lourde et encombrante.
  • La technologie DMD (Digital Micromirror Device) présente une très bonne qualité de luminosité et de contraste, provoquée par la réflexion de la lumière de plusieurs milliers de petits miroirs mobiles. Par contre, la qualité de l’image est faible. La DLP (Digital Light Processing), présente un même procédé avec les miroirs, et produisant les mêmes effets.

Application des termes techniques du vidéoprojecteur

C’est prouvé que, plus la taille de l’image est agrandie, plus elle sera flou et présentera tous ses défauts. A savoir que, tous les modèles sont réglables pour produire la taille de l’image voulue et que leur diagonales oscillent de 3 à 13 m. Un conseil, choisissez un vidéoprojecteur très lumineux pour la projection de diagonale supérieur à 2 m.

  • La résolution est le terme technique employé pour estimer la netteté d’une image, qui s’exprime en pixels. Généralement, une haute résolution comme modèle HD Ready ou Full HD convient parfaitement au home cinéma, et s’articule aux formats vidéo haute définition tels que le Blu-ray Disc ou le satellite HD.
  • Le contraste est le terme technique estimant en valeur les extrémités des zones claires aux zones sombres de l’image, variant selon les vidéoprojecteurs, de 800 :1 à 35000 :1 avec une tendance moyenne de 1000 :1 .
  • La clarté des images est aussi conditionnée par la luminosité, donc à tout moment de projection, il est nécessaire d’équilibrer la luminosité du vidéoprojecteur à la clarté de la salle. Eventuellement, le lumens est l’unité de mesure de la luminosité d’un vidéoprojecteur. Plus la salle de projection est sombre, moins sera la luminosité exigée au vidéoprojecteur, et vice versa, plus la salle de projection est claire, plus sera la luminosité exigée au vidéoprojecteur pour équilibrer la clarté des images. Au maximum d’éclairage de la pièce correspond un vidéoprojecteur de 2000 lumens, et enfin un éclairage moyen nécessite un vidéoprojecteur de 1000 lumens.

La protection au service du confort

Pour prévenir tout risque d’échauffement, chaque appareil se muni d’un ventilateur, qui selon le modèle, pourrait être sonore (plus de 30dB), ou silencieux (moins de 30dB), dont certains atteignent même 22Db.

C’est primordial, l’achat  d’un vidéoprojecteur nécessite un minimum de connaissance, allant de la maîtrise, même partielle, de l’application technologique de l’appareil, et éventuellement, à sortir une conception de vidéoprojecteur adéquat selon les priorités de chacun. Car, je précise ici, qu’à chaque cas ( la surface de la salle, la clarté de la salle, la distance de projection, la distance du public par rapport à l’écran,…), correspondra un vidéoprojecteur type.